Feeds:
Articles
Commentaires

pourquoi le chagrin est mon maitre? la douleur est ma compagnie, la repture est mon chemin et les larmes sont mes consolants

qu’est ce qui t’as fait venir sur mon chemin? pourquoi c’ est toi et pas quelqu’un d’autres?

bref, tu as fouillé tu as cherché et tu as trouvé.mais tout ce que t’as trouvé est-il vrai!!!ou c’ du passé.

pourquoi suis-je inpuissant de t’oublier ?

bon chance je te laisse en paix c’est bien ce que tu cherchais.

il n’existe pas d’ange sur terre mais sache que je t’es aimé avec toute    mes forces toutes mes pensées. je continuerai t’iquiete c’est la seule chose dont tu ne peux pas me priver.

conseil : arrete de trops fouillés le passé des gens n’est toujours pas satisaisant.

Dernièrement j’étais resté longtemps adressant la parole au silence, lui qui jusqu’à présent reste scotché dans un coin sombre de ma chambre, sans dire un mot, m’écoutant, faisant attention a tout ce que je disais sans récapituler aucunes de mes expressions. Quant enfin il avait décider de me parler c’étais pour me dire: « Espèce de ceux a qui on baisse la tête ou qu’on nomme monsieur. Or je suis jaloux des yeux bavard sincèrement tu te prend pour qui la ?t’es qu’une espèce de jaloux » j’étais a la fois surpris et heureux, quelques instants plus tard je répondis:« je ne suis pas jaloux de ceux qui possède le pouvoir ni la force ; non plus des richards. Je suis pas jaloux de pleurant et des cœurs qui battent d’amour et de tendresse. Je suis jaloux des pauvres qui travaillent jour et nuit pour avoir un écho, des paysans qui avec chaque fleur qu’ils plantent attendent le commencement d’une nouvelle vie. Je suis jaloux aussi de l’amant qui porte tant de tendresse et de fidélité a celle qu’il aime, elle qui partage le même sentiment que lui. Je suis jaloux de celui qui pleure pour voir le sourire de l’autre. Bref je suis jaloux de tout ceux la car l’humanité est a son tour jalouse d’eux ».

Me regardant d’un air triste, le silence repris alors son attitude. Je pris la porte avec moi et je sortis fumer une cigarette afin de me calmer.

Il était une fois…

solitudeEncore une histoire, encore un chagrin (Kangoulou etouba) mais jamais on tient parole ! C’est peut être l’envie d’être moins solitaire. On dit bien que l’homme est un animal social. A présent vous allez commencer à comprendre de quoi j vous parlerai dans ce billet. Mon histoire est la suivante :

Il était une fois une jeune personne sensible sympa et calme … (Je parle de moi là) après avoir vécu des relations amicales et sentimentales, en quelque sorte, avait décidé de rester seule ! Des mois de solitude et de tranquillité et de sérénité s’étaient écoulés. Ceux qui la connaissaient, étaient un peu surpris du changement mais aucun d’eux n’a essayé de la sortir de son triste était. Entre nous, elle n’a jamais était heureuse même si elle essayait de montrer le contraire. Un jour, d’une semaine pas comme les autres (C’est pour donner un aspect narratif au texte) elle a décidé de chercher un nas (sa moitié), une personne pour embellir sa vie et avec qui partager des sentiments, des pensées … et le lit, c’est pour après !

Voilà une personne assez normale et sympa !

Mon pc était utile et m’avait branché avec une personne sage et intelligence. On avait plusieurs points communs. On était de bons amis et je commençais à m’attacher à elle !

Mais comme on dit (dawam lhal mina lmohal), un petit malentendu a tout foutu en l’air !

Je lui ai déclaré ma flamme « 586, touches de gsm », en lui faisant comprendre qu’elle m’était chère du moment qu’on partageait les mêmes idées et surtout de longs moments de délires … ! Mon message est mal passé, elle ne l’a pas bien compris. « Tu feras mieux d’aller chercher une autre personne pour passer du temps et t’amuser » Avait-elle réagit ! J’ai beau essayé de comprendre sa réaction mais en vain …

La fin de cette histoire n’est pas très différente de son début : Il était une fois une jeune personne … mais qui décida de rester seule à jamais !

ELLE ET MOI…

Tasse de café

Je rentre au café boire une tasse comme d’habitude. En montant l’escalier je sens son odeur se propager dans l’espace. Une fois sur la terrasse je m’aperçois de sa présence, je la salut et je m’assois devant elle. Je la regarde dans les yeux sans oser mettre ma main sur elle. Soudain elle me fait signe, me demandant de m’approcher d’elle je m’exécute alors sans faute. Je la prends dans mes bras je la chatouille avec mes doigts. Je ressens une envie folle d’embrasser sa belle bouche toute rouge. Je m’écarte et je me calme. Je ne peux m’en passer d’elle je la reprend, je la caresse avec mes lèvres, oui je la sens fondre d’amour.C’est bien elle qui calme mon envie, qui m’accompagne partout et qui brûle chaque jour pour me satisfaire. Elle me délivre ses secrets et ses intimités mais reste encore un petit coté à découvrir. Je reviens sur terre, je bois mon café.En effetje la garde toujours dans mes mains froides. Je songe au moment où elle doit me quitter comme elle le fait toujours. Ouf ça pèse lourd sur mon coeur mais je profite tout de même de ces derniers instants pour combler mes désires, lui donner le dernier baiser de la journée. Cela pourrai être un adieu qui sais ! Elle se calme et s’éclipse. Je l’aime bien, je m’en passerai pour rien !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.